IMG_9997

Le colonel Fred Moore, Compagnon de la Libération, est décédé à 97 ans


Source : Ouest France

Le colonel Fred Moore, Compagnon de la Libération né à Brest et qui fut député de la Somme, est décédé à l’âge de 97 ans, a annoncé ce dimanche l’Élysée dans un communiqué dans lequel Emmanuel Macron « salue la mémoire d’un homme exceptionnel ».

La disparition de Fred Moore porte à dix le nombre de Compagnons de la Libération encore en vie, sur les 1 036 qui s’étaient engagés au côté de la France libre pendant l’Occupation allemande. Ce titre, créé par le général de Gaulle, a été décerné pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale.

« Le président de la République a appris avec tristesse et émotion le décès du colonel Fred Moore, Compagnon de la Libération, Grand’croix de la Légion d’honneur, Chancelier d’honneur de l’Ordre de la Libération », a indiqué l’Élysée. Il « salue la mémoire d’un homme exceptionnel, qui a servi la France de toutes ses forces ».

Né le 8 avril 1920 à Brest, Fred Moore « avait été un des tout premiers à avoir répondu à l’Appel du général de Gaulle », a rappelé la présidence de la République. « Dès le 19 juin 1940 il quitte la France depuis Brest et atteint l’Angleterre le 1er juillet 1940, où il s’engage dans les Forces Françaises Libres ».

Fred Moore est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à l’Institution nationale des Invalides, a précisé l’Ordre de la Libération dans un communiqué, saluant son « profond attachement à l’institution militaire à travers, notamment, son engagement dans la réserve qui lui a valu le grade le plus élevé de colonel honoraire ».

Expédition de Dakar, débarquement…

Il prend part à l’expédition de Dakar en septembre 1940 puis sert au Levant au sein d’une unité de Spahis Marocains. Il débarque en Normandie le 2 août 1944 avec la 2ème division blindée du général Leclerc.

Le 25 août 1944, lors de la libération de Paris, il prend une part active à la prise de l’École Militaire. Par la suite, il participe jusqu’en avril 1945 aux derniers combats, jusqu’en Allemagne.

Démobilisé en avril 1946, il crée une affaire d’optique à Amiens. Il est rappelé à l’activité en mai 1956 et sert en Algérie jusqu’en novembre 1956.

Chancelier de l’Ordre de la Libération

Élu député de la Somme à Amiens en 1958, il démissionne de toutes ses fonctions politiques en 1969 pour se consacrer à son métier d’opticien.

En mars 2004, Fred Moore est nommé membre du Conseil de l’Ordre de la Libération, puis par décret du 11 octobre 2011, chancelier de l’Ordre de la Libération.

« Le 18 juin, il était aux côtés du président de la République, au Mont-Valérien, pour la cérémonie commémorative de l’Appel du général de Gaulle », souligne l’Élysée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *